Jacopo Robusti dit Tintoret

Né à Venise,  il doit son surnom (le petit teinturier) à son père, Battista Robusti, qui travaillait dans une teinturerie (tintorìa en italien). Élève de Titien, il est réputé pour avoir dépassé son professeur dans la maîtrise des couleurs et des ombres, du rendu de la matière, s’inscrivant ainsi parmi les grands du style vénitien. Il s’intéresse aux courants maniéristes toscan, romain et émilien, diffusés à Venise par des artistes comme Sansovino, Salviati et Schiavone. Il avait une grande admiration pour Michel-Ange qui l’a influencé dans sa technique du dessin.

Pour approfondir votre connaissance sur l’artiste emblématique Tintoret, nous vous proposons un article écrit par Rodolfo Pallucchini, directeur de l’institut d’histoire de l’art, dans l’encyclopédie Britannica. L’article expose la vie de l’artiste et insiste bien sur le développement de sa carrière et sur les oeuvres qui ont fait sa renommée :

http://www.britannica.com/EBchecked/topic/596682/Tintoretto

Ainsi qu’un autre lien emprunté à l’encyclopédie Larousse et qui résume la vie et le style de Tintoret. L’article insiste sur le style maniériste et sur les oeuvres que Tintoret a réalisées pour la Scuola Grande di San Rocco :

http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Tintoret/146850

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Biographie

Les sources littéraires fondatrices pour la représentation du mythe de Danaé

On ne connait pas exactement le premier possesseur de la Danaé de Tintoret mais elle a été certainement réservée à un cercle privé, de haut niveau social, qui connaissait ces mythes classiques par la vulgarisation des textes anciens et qui trouvait dans ces représentations mythologiques un répertoire de forme érotique et de sujet immédiatement identifiable.

Mais quelles sont les sources littéraires qui ont servi de fondement à la représentation de cette oeuvre ?

On peut voir que cette épisode est relaté brièvement dans les Métamorphoses d’Ovide. Voici un lien vers le site iconos qui propose le passage sur Danaé dans les Métamorphoses d’Ovide: texte original. Sur ce site, vous trouverez les textes en  latin et en italien des Métamorphoses d’Ovide.

http://www.iconos.it/index.php?id=1217

Il est également  mentionné dans l’ouvrage d’Apollodore intitulé Bibliothèque (livre II). Voici un lien vers un blog crée  par Ugo Bratelli (amateur) qui propose une traduction française du passage sur Danaé (livre II) de l’ouvrage d’Apollodore .

http://ugo.bratelli.free.fr/Apollodore/Livre2/II_4_1-2.htm

Ainsi,Tintoret reprend les éléments de ce mythe tout en proposant une interprétation différente par la création du personnage de la servante qui recueille les pièces d’or, le regard insistant de Danaé envers celle-ci et non un abandon languide comme dans les autres représentations de Danaé.

Poster un commentaire

Classé dans Sources littéraires

L’iconographie du mythe: Danaé, une courtisane

Le mythe de Danaé a subi plusieurs interprétations. L’une d’elles présente Danaé comme une femme vénale ou une courtisane qui ferait payer ses services. En effet, la forme de pluie d’or prise par Jupiter dans le mythe peut amener à penser que Danaé est payée en échange de son corps. Cette interprétation s’applique de façon pertinente à la Danaé de Tintoret puisque sa Danaé ne semble s’intéresser qu’aux pièces d’or et sa servante les ramasse. Le caractère divin de l’union entre le dieu et la femme mortelle est délaissé.

L’article de Madlyn Millner Kahr (universitaire en histoire de l’art, spécialiste de la peinture hollandaise du 17e siècle), « Danaé: virtuous, voluptuous, venal woman » présente cette interprétation d’une Danaé sensuelle et vénale, attirée par l’argent. Cet article est tiré du site JSTOR, base de recherche pour les articles scientifiques.

Danaé: virtuous, voluptuous, venal woman

De même, l’article de Cathy Santore (professeur associée, spécialiste de la renaissance italienne), « Danaé: the Renaissance courtesan’s alter ego »  montre la Danaé comme une courtisane. Tiré également du site JSTOR.

Danaé: the Renaissance courtesan\’s alter ego

Enfin, Francesca Alberti (doctorante en histoire de l’art) donne une lecture particulière du tableau de Tintoret dans un article publié dans la revue Studiolo. Le site de la Tribune de l’art permet de trouver un résumé et les références  de l’article. Elle voit dans l’image et les poses des personnages une suggestion de  plusieurs pratiques sexuelles et notamment la sodomie par la présence du luth renversé à la droite de la toile pointé vers les fesses de la servante, incluant ainsi la servante dans les ébats amoureux de Danaé et Jupiter.

Tribune de l\’art – Article de F. Alberti dans Studiolo

1 commentaire

Classé dans Iconographie

Comparaison entre la Danaé de Tintoret et celle de Titien

Titien, Danaé, 1553-54, huile sur toile, 129 x 180 cm, Musée du Prado, Madrid

Titien (1490-1576) est un peintre de l’école vénitienne tout comme Tintoret. Voici une biographie  sur l’encyclopédie Larousse pour donner un aperçu de la formation et de la carrière du peintre: Biographie de Titien – Larousse

L’artiste italien a réalisé deux oeuvres sur le thème du mythe de Danaé: Danaé et Cupidon en 1544 (huile sur toile,  69 x 117 cm, Museo Nazionale Di Capodimonte, Naples) et Danaé en 1553-1554 (Huile sur toile, 129 x 180 cm, Museo del Prado, Madrid). Tintoret, rival de Titien, s’est largement inspiré de la Danaé du Prado pour réaliser son oeuvre. En effet, Tintoret reprend le personnage de la servante, le chien et les rideaux rouges du lit de Danaé.

Lors de l’exposition au Louvre « Titien, Tintoret, Véronèse… Rivalités à Venise » (17 septembre 2009 au 4 janvier 2010), les oeuvres de Titien et Tintoret sont mises en relation et comparées: les deux maîtres sont rivaux mais leur art est influencé par l’un et l’autre. Le site du Louvre étudie le thème des nus féminins chez ces artistes vénitiens et notamment à travers les peintures sur Danaé.

Site du Louvre, exposition \ »Rivalités à Venise\ »

Pour approfondir ce thème du nu féminin dans la peinture vénitienne, Thomas Dacosta Kaufmann (professeur d’art et d’archéologie à Princeton) étudie dans son article « Éros et poesia : la peinture à la cour de Rodolphe II » tiré de la Revue de l’art, le sujet principal qui se retrouve dans les peintures destinées à Rodolphe II, empereur du Saint Empire de 1576 à 1612, c’est à dire la sensualité et l’érotisme. Titien a appartenu à cette cour artistique. ( tiré du site Persée, où vous pouvez trouver des articles scientifiques ).

Eros et poésia, la peinture à la cour de Rodolphe II

Poster un commentaire

Classé dans Comparaison entre les Danaé de Titien et Tintoret

Le contexte artistique

Si l’on s’intéresse au contexte artistique dans lequel la Danaé de Tintoret a vu le jour, on pourrait la rattacher en partie au courant maniériste de l’école vénitienne. Le courant « maniériste » s’étend des années 1520 vers la fin du 16 ème siècle en Europe, il constitue un tournant dans l’art de la renaissance en Italie et se caractérise par des séries d’expérimentations.

Voici un site conçu par Thomas Greiss (graphiste, directeur artistique freelance) qui propose un bref historique sur le maniérisme. Il propose des descriptifs plutôt synthétiques des courants, il parle aussi des peintres sur une large période et on trouve également des analyses d’oeuvres.

http://www.histoiredelart.net/courants/manierisme.html

L’une de ces innovations majeures, étant bien entendu la perspective qui a permi la résolution du problème de la représentation d’une réalité tridimensionnelle sur une surface plane. Par ailleurs, «le maniérisme» renvoie à la manière et par conséquent au style et à l’expressivité de l’artiste. Ainsi, les artistes cherchèrent à s’exprimer d’une manière différente que ça soit dans la peinture ou la sculpture.

La Danaé de Tintoret répond donc à ces critères par sa composition complexe, la vision singulière du mythe de Tintoret dans sa manière de traiter les personnages, la recherche du mouvement, les torsions (posture de Danaé et de ses mains). Toutefois, ces caractéristiques formelles restent très subjectives car le mouvement maniériste est très hétérogène.

D’autre part, y compris cette influence maniériste,il faut souligner le traitement particulier de la couleur chez Tintoret qui fait partie de l’école vénitienne et qui a pour trait caractéristique de rendre aux couleurs et à la lumière toute leur intensité. On peut notamment le constater dans ce tableau par la lumière divine intense qui éclaire la peau de Danaé, le bleu du tablier de la servante ainsi que le rouge de sa robe et du drapé du lit.

Voici un article tiré du site de l’EPHE de M. Michel Hochmann,Directeur d’études, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques. Il traite de la technique picturale des peintres vénitiens et notamment de Titien, en mettant en évidence ce qui fait l’originalité des peintres de Venise:

http://ashp.revues.org/index420.html

Poster un commentaire

Classé dans Le contexte artistique