Archives de Tag: maniérisme

Jacopo Robusti dit Tintoret

Né à Venise,  il doit son surnom (le petit teinturier) à son père, Battista Robusti, qui travaillait dans une teinturerie (tintorìa en italien). Élève de Titien, il est réputé pour avoir dépassé son professeur dans la maîtrise des couleurs et des ombres, du rendu de la matière, s’inscrivant ainsi parmi les grands du style vénitien. Il s’intéresse aux courants maniéristes toscan, romain et émilien, diffusés à Venise par des artistes comme Sansovino, Salviati et Schiavone. Il avait une grande admiration pour Michel-Ange qui l’a influencé dans sa technique du dessin.

Pour approfondir votre connaissance sur l’artiste emblématique Tintoret, nous vous proposons un article écrit par Rodolfo Pallucchini, directeur de l’institut d’histoire de l’art, dans l’encyclopédie Britannica. L’article expose la vie de l’artiste et insiste bien sur le développement de sa carrière et sur les oeuvres qui ont fait sa renommée :

http://www.britannica.com/EBchecked/topic/596682/Tintoretto

Ainsi qu’un autre lien emprunté à l’encyclopédie Larousse et qui résume la vie et le style de Tintoret. L’article insiste sur le style maniériste et sur les oeuvres que Tintoret a réalisées pour la Scuola Grande di San Rocco :

http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Tintoret/146850

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Biographie

Le contexte artistique

Si l’on s’intéresse au contexte artistique dans lequel la Danaé de Tintoret a vu le jour, on pourrait la rattacher en partie au courant maniériste de l’école vénitienne. Le courant « maniériste » s’étend des années 1520 vers la fin du 16 ème siècle en Europe, il constitue un tournant dans l’art de la renaissance en Italie et se caractérise par des séries d’expérimentations.

Voici un site conçu par Thomas Greiss (graphiste, directeur artistique freelance) qui propose un bref historique sur le maniérisme. Il propose des descriptifs plutôt synthétiques des courants, il parle aussi des peintres sur une large période et on trouve également des analyses d’oeuvres.

http://www.histoiredelart.net/courants/manierisme.html

L’une de ces innovations majeures, étant bien entendu la perspective qui a permi la résolution du problème de la représentation d’une réalité tridimensionnelle sur une surface plane. Par ailleurs, «le maniérisme» renvoie à la manière et par conséquent au style et à l’expressivité de l’artiste. Ainsi, les artistes cherchèrent à s’exprimer d’une manière différente que ça soit dans la peinture ou la sculpture.

La Danaé de Tintoret répond donc à ces critères par sa composition complexe, la vision singulière du mythe de Tintoret dans sa manière de traiter les personnages, la recherche du mouvement, les torsions (posture de Danaé et de ses mains). Toutefois, ces caractéristiques formelles restent très subjectives car le mouvement maniériste est très hétérogène.

D’autre part, y compris cette influence maniériste,il faut souligner le traitement particulier de la couleur chez Tintoret qui fait partie de l’école vénitienne et qui a pour trait caractéristique de rendre aux couleurs et à la lumière toute leur intensité. On peut notamment le constater dans ce tableau par la lumière divine intense qui éclaire la peau de Danaé, le bleu du tablier de la servante ainsi que le rouge de sa robe et du drapé du lit.

Voici un article tiré du site de l’EPHE de M. Michel Hochmann,Directeur d’études, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques. Il traite de la technique picturale des peintres vénitiens et notamment de Titien, en mettant en évidence ce qui fait l’originalité des peintres de Venise:

http://ashp.revues.org/index420.html

Poster un commentaire

Classé dans Le contexte artistique